Les Demoiselles de Rochefort : lieux de tournage

Cyclotouriste ,  Insolite ,  Pédestre à Rochefort
5 km
Pédestre
1h
Facile
5 km
Cyclotouriste
1h
Facile
  • Découvrez les lieux de tournage du film "Les Demoiselles de Rochefort" de Jacques Demy (1966), avec l'aimable participation de Ciné-Tamaris.

    Ce parcours a été possible grâce à l'aimable participation de la Société Ciné-Tamaris. Créée en 1954 par Agnès Varda sous le nom de Tamaris Films pour produire LA POINTE COURTE, son premier long-métrage, film avant-coureur de la Nouvelle Vague, la société est devenue Ciné-Tamaris en 1975 pour produire ses films suivants. Cette société familiale restaure, préserve et distribue tous les films d’Agnès Varda et certains films de Jacques DEMY, édite des DVD et favorise des projets qui permettent de découvrir ou de revoir tous ces films. Sur notre site cine-tamaris.com, nous proposons des informations complètes et notre boutique des DVD et des livres. Pour en savoir plus : www.cine-tamaris.com
  • Dénivelé
    45.27 m
  • Documentation
    Les fichiers GPX / KML vous permettent d'exporter le tracé de votre randonnée sur votre GPS (ou autre outil de navigation)
Points d'intérêt
1 Les Demoiselles de Rochefort
Deux sœurs jumelles rêvent du grand amour et de quitter Rochefort pour aller vivre à Paris leur carrière de danseuse et chanteuse. Leur mère tient un café et élève seule son 3ème enfant qu'elle a eu d'un marchand de musique qui la croit au Mexique. Une foire commerciale s'installe sur la place. Un jeune marin a peint son idéal féminin et le cherche partout. Un compositeur américain tombe amoureux d'une inconnue qui a perdu sa partition dans la rue. En pleine kermesse et dans un va-et-vient d'espérances et de hasards, chacun retrouvera peut-être sa chacune. (Affiche. Crédits photos: Ciné-Tamaris 1996)
2 Le Pont Transbordeur
C'est ici, le dernier jour du mois de mai 1966, à neuf heures précises, qu'a été donné le premier tour de manivelle. « Silence... Moteur.. Rochefort première... » Le cortège des forains emprunte le Pont Transbordeur qui a failli être repeint en rose. On n'ose imaginer ce qu'en auraient pensé les Rochefortais, persuadés qu'après avoir balancé d'une rive à l'autre des milliers de fois depuis 1900, il vivait là ses dernières heures de gloire. Mais trente ans plus tard, rénové et classé Monument Historique, il transporte à nouveau piétons et cyclistes. Les nécessités du tournage ont obligé Jacques Demy a triché avec la géographie. Les forains partent à Paris par Echillais, à l'inverse du trajet réel. Mais la valeur du plan valait bien cette liberté... La fiche technique : Tourné du 31 mai au 27 août 1966 à Rochefort. (photo : Tournage sur le Pont-Crédits photos: fonds numérique « Garnier », archives municipales de Rochefort)
3 Production et Personnages
Un film de Jacques Demy Scénario et paroles des chansons : Jacques Demy Musique écrite et dirigée par Michel Legrand Décors : Bernard Evein Chorégraphie : Norman Maen Images : Ghislain Cloquet Costumes : Jacqueline Moreau Producteurs : Mag Bodard et Gilbert de Goldschmidt Sortie en France le 8 mars 1967 Titre Américain : The Young Girls of Rochefort. Les personnages : Les jumelles Delphine et Solange (Catherine Deneuve et Françoise Dorléac), leur mère Yvonne (Danielle Darieux), son père Pépé (René Bazart), son fils Boubou (Patrick Jeantet), son ex-amoureux Simon Dame (Michel Piccoli), Maxence le marin idéaliste (Jacques Perrin), le compositeur Andy Miller (Gene Kelly), les forains Etienne et Bill (Georges Chakiris et Grover Dale), leurs amies Esther et Judith (Leslie North et Pamela Hart), le galeriste Guillaume Lancien (Jacques Riberolles), la serveuse Josette (Geneviève Thénier) et Subtil Dutrouz (Henri Crémieux).
4 Le magasin de musique
Les jours où il ne fait pas beau, l'équipe en profite pour tourner les scènes d'intérieur. Ainsi, le premier jour de l'été une scène est tournée dans le magasin de musique aménagé dans un coin de la Bourse du commerce à l'angle de la rue de l'Arsenal (actuelle avenue de Gaulle) et de la rue Jean Jaurès. Le patron, Michel Piccoli alias Monsieur Dame connaît sa partition sur le bout des doigts : c'est la fête de la musique avant l'heure. Le bâtiment incendié en 1970 a été reconstruit et désormais ce sont les poissonniers qui chantent pour attirer la clientèle les jours de marché. (photo : Tournage-Crédits photos : fonds numérique « Dubois », archives municipales de Rochefort)
5 La caserne Martrou
En arrivant à Rochefort par le Sud, le cortège passe devant la Caserne Martrou. C'est là que Maxence fait son service militaire. Pour jouer l'amoureux transi qui va en « perm'à Nantes », Jacques Demy a demandé à Jacques Perrin de se décolorer en blond. (photo : Maxence/Jacques Perrin dans le bar d'Yvonne Crédits photos: fonds numérique « Dubois », archives municipales de Rochefort)
6 La maison du crime
La maison du crime forcément discrète, fait l'angle des rues du Port et de la République. Ce n'est pas la tâche rouge sur le trottoir qui aurait pu troubler la bonne humeur qui a régné dans toute la ville pendant le tournage jusqu'à la soirée d'adieu le 27 août 1966. Extrait des paroles de « La femme coupée en morceau » « Tiens, on a découpé une femme en morceaux Rue de la Bienséance, à deux pas du château On trouva ce matin une malle d'osier Renfermant les morceaux de Pélasie Rosier Une ancienne danseuse des Folies Bergères Premier prix de beauté et de danse légère Elle avait soixante ans, plus connue autrefois Sous le fier pseudonyme de Lola, Lola ». (Article Sud Ouest-Crédits photos: fonds numérique, archives municipales de Rochefort)
7 La Galerie Lancien
La galerie Lancien dans laquelle Guillaume, peintre au pistolet amoureux malheureux de Delphine, vendait de la peinture moderne, se trouvait au 72 de l'avenue La Fayette. (photo : Delphine/Catherine Deneuve dans la galerie Lancien - Crédits photos: fonds numérique « Dubois », archives municipales de Rochefort)
8 Le Grand Bacha
Lieu de restauration de toute l'équipe de tournage. Levez les yeux, l'enseigne est encore visible. (photo : le Grand Bacha. Crédits photo : fonds numérique Jean-Eric Dubois, archives municipales de Rochefort)
9 La place des Demoiselles
Tandis que l'on approche de la mi-juillet 1966, les Rochefortais sont conviés pour quelques jours à une grande kermesse sur la place Colbert. Tenues claires et gaies de rigueur minijupes pour les filles, chemises rayées ou à carreaux pour les garçons. Les participants peuvent gagner des transistors et pour les plus chanceux des répliques du blouson de Georges Chakiris et de la robe de Catherine Deneuve. Le matin du premier jour, ils sont déjà 800 en costumes sur la place, l'après-midi c'est 1 200 personnes qui se lancent les quelques tonnes de confettis et de serpentins distribués pour l'occasion. Heureusement, le beau temps est là et la fête peut s'achever en beauté le samedi avec le numéro des deux sœurs. Chaque scène est tournée 2 fois : une fois en français et une fois en anglais. (photo : La Kermesse sur la place Colbert-Crédits photos : Hélène Jeanbrau©1996_Ciné-Tamaris)
10 Le Bar d'Yvonne
Madame Yvonne est restée seule après la naissance de Boubou. Elle a refusé d'épouser l'homme qu'elle aimait à cause de son nom : Monsieur Dame. Elle craignait d'être ridicule en devenant Madame Dame ! Elle regrette, mais ne sait où le retrouver. Elle ne sait pas que ses filles sont clientes de Monsieur Dame, marchand de musique, qui croit que la femme qu'il aimait est partie au Mexique... Chacun cherche son amour, son idéal. Danielle Darieux débute au cinéma à 14 ans et connaît rapidement une carrière internationale. Jacques Demy écrit le rôle pour elle. Elle est la seule à ne pas être doublée pour les chansons. (photo : Danielle Darieux et Catherine Deneuve. Crédits photos-fonds numérique « Dubois », archives municipales de Rochefort)
11 L'appartement des Demoiselles
« Nom ? Prénom ? Taille ? Adresse ? ... » Les Rochefortais se prêtent de bon cœur à l'interrogatoire dans le petit bureau de la production installé à l'hôtel de ville. Au premier étage, le bureau du maire, fenêtres ouvertes sur la place Colbert, est transformé en studio : c'est l'appartement des Demoiselles. De là, Delphine (Catherine Deneuve) et sa soeur Solange (Françoise Dorléac) peuvent voir tout ce qui se passe sur la place. Si le piano n'est plus là, la vue n'a pratiquement pas changé, mais les tilleuls ont grandi ! (photo : Jacques Demy dans l'appartement des jumelles et Agnès Varda au 1er plan. Crédits photos : Hélène Jeambrau©1996_Ciné-Tamaris)
12 La rue Chanzy et la rue Latouche-Tréville
1966 est une année magique pour la ville fondée exactement trois cents ans plus tôt par Colbert, Jacques Demy avait pensé appeler son film « Les Demoiselles d'Avignon » ou « Les Demoiselles d'Hyères » mais l'architecture de Rochefort et son Pont Transbordeur l'ont décidé à tourner là sa comédie. Tant mieux pour les Rochefortais qui dès la fin du moi d'avril ont pu observer le manège des peintres chargés par le décorateur Bernard Evein de blanchir des milliers de mètres carrés de façades et d'étaler des litres et des litres de rose, de bleu ou de jaune sur les volets, les portes et les fenêtres des immeubles. Même les pompiers ont été réquisitionnés pour vider l'eau du bassin de la place Colbert qu'il a fallu remplacer par un liquide bleuté. (photo : Jacques Demy, Gene Kelly et Catherine Deneuve. Crédits photos : Hélène Jeanbrau©1996_Ciné-Tamaris)
13 L'école de Boubou
On reconnaît le fronton de l'entrée de l'école de Boubou, rue Bazeilles, à l'extrémité de la rue Chanzy. La Caserne Joinville qui bordait le bas de la rue Chanzy a été démolie depuis. Certains habitants de la rue ont eu l'idée de peindre leur volets en rose et en bleu ce qui justifie un crochet avant d'aller se promener le long des bassins de plaisance et de la Corderie Royale. (photo : Françoise Dorléac, Gene Kelly et Jacques Demy. Crédits photos : fonds numérique « Dubois », archives municipales de Rochefort)
14 Sur les pas de Jacques Demy
Cet itinéraire a été possible grâce à l'aimable participation de la Société Ciné-Tamaris. Créée en 1954 par Agnès Varda sous le nom de Tamaris Films pour produire LA POINTE COURTE, son premier long-métrage, film avant-coureur de la Nouvelle Vague, la société est devenue Ciné-Tamaris en 1975 pour produire ses films. Cette société familiale restaure, préserve et distribue tous les films d’Agnès Varda et certains films de Jacques DEMY, édite des DVD et favorise des projets qui permettent de découvrir ou de revoir tous ces films. Sur notre site www.cine-tamaris.com, nous proposons des informations complètes et notre boutique des DVD et des livres.
45 mètres de dénivelé
  • Altitude de départ : 1 m
  • Altitude d'arrivée : 14 m
  • Altitude maximum : 19 m
  • Altitude minimum : 1 m
  • Dénivelé total positif : 45 m
  • Dénivelé total négatif : -33 m
  • Dénivelé positif maximum : 9 m
  • Dénivelé négatif maximum : -5 m
Déposer un avis

Écrivez votre avis sur Les Demoiselles De Rochefort : Lieux De Tournage :

  • Horrible
  • Mauvais
  • Moyen
  • Très bien
  • Excellent
Il n'y a pas encore d'avis sur Les Demoiselles De Rochefort : Lieux De Tournage, soyez le premier à en laisser un !