Parcours Pierre Loti à Rochefort 3km - 1h15

Culturel ,  Historique ,  Pédestre à Rochefort

3.0 km
Pédestre
1h 15min
Facile
  • Rochefort est peu présente dans les écrits de Pierre Loti, à l’exception de son journal intime. La ville a cependant été le berceau nourricier de son oeuvre, avec ses paysages, ses lumières, les bateaux sur la Charente, les cris des marins dans les « bas-quartiers ». Découvrez le monde de l’enfance et de l’adolescence de Julien Viaud, futur Pierre Loti, à Rochefort et ses escales dans son port d’attache.
  • Dénivelé
    24.52 m
  • Documentation
    Les fichiers GPX / KML vous permettent d'exporter le tracé de votre randonnée sur votre GPS (ou autre outil de navigation)
Points d'intérêt
1 La Maison Familiale
Julien Viaud naît dans cette maison rochefortaise typique, le 14 janvier 1850. C’est le troisième enfant de Théodore
Viaud et de Nadine Texier, après Marie, la grande soeur (née en 1831) et le frère aîné Gustave (né en 1836). La maison a été surélevée d’un étage afin de pouvoir accueillir également les deux grands-mères et plusieurs tantes que Loti appelle affectueusement les « chères vieilles à papillotes ».
Pierre Loti sera toujours très attaché à cette maison et tout particulièrement à la petite cour « plus ensoleillée et aérée et fleurie que la plupart des jardins de ville » écrit-il dans son roman autobiographique "Roman d’un enfant".
Il rachète la maison à sa mère en 1871 et la transforme peu à peu, y aménageant d’abord une chambre arabe, un
salon turc, une salle gothique et une pagode japonaise.
Après avoir acquis la maison mitoyenne en 1895 (n°139) et réuni les deux bâtiments, il crée une mosquée, une
salle Renaissance et une salle chinoise, laissant libre cours à sa passion du décor et de la mise en scène.
Après la mort de l’écrivain, la maison vendue à la Ville en 1969 par le fils de Pierre Loti est devenue le Musée Pierre
Loti, ouvert au public en 1973.
Inscrite en 1969, classée Monument Historique en 1990, puis devenue Maison des Illustres en 2011, la maison
fait aujourd’hui l’objet d’un important projet de rénovation.
2 Le Collège Pierre Loti
« On me mit au collège ! A partir de cette date fatale, mon histoire se gâte beaucoup. Au milieu d’un flot d’enfants qui parlaient tous à la fois, je pénétrais dans ce lieu de souffrance... J’avais douze ans et demi, et j’entrais en troisième ».
Le collège de Rochefort installé depuis 1815 dans l’ancien couvent des Capucins, obtient le statut de Lycée en 1880.
Il se dote alors d’une façade à trois portiques, dans l’esprit des grands lycées parisiens. L’établissement, baptisé Pierre Loti en 1924 après la mort de l’écrivain, est redevenu collège à la fin des années 1970.
Le petit Julien, qui déteste les devoirs et les leçons, avait été instruit jusque là par des précepteurs à domicile. Il s’adapte difficilement à ses condisciples et à ces maîtres « qui sévirent si cruellement contre moi pendant toutes mes années de collège ». Julien Viaud n’est pas un élève brillant, « inégal » particulièrement « nul » de son propre aveu en « narration française ».
Malgré l’opposition de ses parents, il obtient l’autorisation d’entrer dans la classe de Marine afin de préparer le
concours d’entrée à l’Ecole Navale, la spécialité de l’établissement.
Il y est reçu en 1867 et commence alors sa formation d’officier de marine à Brest, sur le Borda, le navire-école
de la Marine.
3 Le Temple
Le temple de Rochefort est construit en 1820. La famille Viaud est protestante, pratiquante et ne manque pas
les offices dominicaux. « Et cependant - écrit Pierre Loti dans Roman d’un enfant - un froid immense commençait
par instants à me prendre ; au temple surtout, du gris blafard descendait déjà autour de moi. »
Ayant perdu toute foi chrétienne, Loti adulte ne revient au temple qu’à l’occasion des funérailles de sa mère puis
de sa soeur, ayant toujours préféré au temple de Rochefort « le vieux temple de Saint-Pierre d’Oléron » où il retrouvait encore, dit-il, « le vrai recueillement, la vraie et douce paix du Seigneur ».
4 Jardin de la Marine
Pierre Loti évoque de temps à autre ce jardin dans Roman d’un enfant. C’est le lieu de promenade des familles,
« un lieu... comme il faut » mais « solitaire tous les soirs après le soleil couché ». Il le décrit au chapitre vingt-sept, par une soirée de mai, particulièrement froide et triste : « II n’y avait pas un seul promeneur nulle part. Les grands marronniers fleuris, les arbres feuillus, feuillus,... se suivaient en longues enfilades absolument vides ; la magnificence des verts s’étalait pour les regards de personne, sous un ciel immobile, d’un gris pâle et glacé. Et le
long des parterres, c’était une profusion de roses, de pivoines, de lis, qui semblaient s’être trompés de saison et frissonner comme nous sous ce crépuscule subitement refroidi ».
Le Jardin de la Marine existe depuis la création de Rochefort en 1666. C’était le Jardin du Roi dont subsiste le souvenir au potager du roi ouvert aujourd’hui au public.
Après sa mise à la retraite en 1910, Pierre Loti mélancolique venait souvent s’y promener, contemplant avec beaucoup de nostalgie, depuis la terrasse, le trafic déclinant des navires sur la Charente .
5 L'Hôtel de la Marine
L’Hôtel de la Marine édifié à la fin du XVIIe siècle pour le roi sert de résidence aux intendants puis aux commandants de la Marine à Rochefort ; transformé aux XVIIIe et XIXe siècles , il devient Préfecture Maritime
sous l’Empire et le demeure jusqu’au départ de la Marine en 2002. Ce bâtiment est aujourd’hui occupé par le
Commandement des écoles de la Gendarmerie Nationale.
Pierre loti fut affecté à plusieurs reprises à la Préfecture Maritime, de 1893 à 1896 et de 1902 à 1903 comme secrétaire ou aide de camp du préfet, ce qui lui permettait de suivre les travaux qu’il faisait réaliser dans sa maison de Rochefort.
6 Hôtel d'Amblimont (la Majorité Générale)
L’ancien Hôtel de la Marquise d’Amblimont abrite jusqu’à la fermeture de l’arsenal en 1927, les services de la Majorité Générale, c’est-à-dire les services du port .
Loti y fut plusieurs fois affecté au cours de sa carrière, Rochefort étant son port d’attache. En février 1881, alors qu’il vient d’être promu Lieutenant de vaisseau, il note dans son journal intime : « L’amiral m’offre le poste de
secrétaire de la Majorité » et un mois plus tard : « ...déjà un mois de passé dans ma vie régulière et monotone de
secrétaire. »
C’est à cette époque qu’ il écrit le Roman d’un spahi qui paraîtra en septembre 1881.
En 1883, au retour du Tonkin (nord de l’actuel Vietnam), il occupe le poste de Sous-Aide Major « ...le plus libre et le plus agréable de tous les postes du port... » puis il reprend le secrétariat de la Majorité à son retour de la campagne de Chine en février 1886 : « Cela me ramène 4 ou 5 ans en arrière ; le petit jardin, le bureau, la vieille petite place. » Il est alors plongé dans l’écriture de Pêcheur d’Islande, son plus grand succès.
Il dit avoir accepté ces postes à terre pour être près de sa famille . C’est en 1886 en effet qu’il se marie avec une
bordelaise, Blanche Franc de Ferrière et son fils Samuel naît en 1889.
Aujourd’hui cet hôtel particulier appartient au Musée national de la Marine, où est conservée la maquette
du Formidable, navire sur lequel il apprend, en 1891, alors en rade d’Alger, son élection à l’Académie française.
7 La Caserne Martrou
C’est le premier poste à terre du jeune officier Julien Viaud, alors Enseigne de vaisseau.
« J’habite la caserne des marins. Ce service ne me déplaît pas ; j’aime surtout le calme du soir quand, après l’appel de la retraite, je me suis retiré dans ma chambre qui fait face à la vieille porte Martrou ».
« Cette vieille porte Martrou », c’était la porte sud des remparts de Rochefort. Pierre Loti y passait souvent,
enfant, avec son père et sa soeur, quand ils s’en allaient en promenade aux beaux jours, ou quand il se rendait
le mercredi soir après l’école, chez des amis de ses parents, les Duplais, qui avaient une maison de campagne
à Echillais, La Limoise.
C’est durant ce premier séjour à la caserne que le jeune écrivain publie en janvier 1880 son premier roman à
succès : Le Mariage de Loti, par l’auteur d’Azyadé.
A la fin de sa carrière, il sera nommé au commandement de cette caserne « qu’il souhaitait-écrit-il- d’avoir commandée avant de quitter la Marine ». Son souhait fut exhaussé.
Pierre Loti âgé aimait à se promener autour de l’arsenal et vers le dépôt des Equipages de la Flotte :
son regard s’attardait sur une « certaine chambre au premier étage de cette caserne... qu’il regrettait durement ».
8 Monument Pierre Loti
Après le décès de Pierre Loti en 1923, un comité est créé en 1926 pour ériger un monument à sa mémoire et une souscription publique est lancée. Un premier projet prévoit une pièce d’eau et un square, mais le comité manque de fonds. En 1937 on émet finalement un timbre à l’effigie de Loti dont la surtaxe doit servir à la construction du monument. En 1938 le comité fait le choix du projet du sculpteur Vinet de La Rochelle qui prévoit que l’ensemble se reflète dans un miroir d’eau.
Ce n’est qu’en 1950 (centenaire de la naissance de Loti) que le monument est exécuté après une souscription
communale mais sans le bassin prévu, faute de fonds suffisants. Il est inauguré le 25 juin 1950.
Le monument commémoratif est composé d’une statue de bronze représentant Loti en uniforme d’officier de
marine sur la proue d’un bateau : deux fresques de part et d’autre en marbre gris représentent, d’un côté
deux bateaux et une femme japonaise et de l’autre, trois femmes et un pêcheur. Au revers du monument sont
gravés les titres des oeuvres de Pierre Loti.
25 mètres de dénivelé
  • Altitude de départ : 10 m
  • Altitude d'arrivée : 11 m
  • Altitude maximum : 12 m
  • Altitude minimum : 4 m
  • Dénivelé total positif : 25 m
  • Dénivelé total négatif : -24 m
  • Dénivelé positif maximum : 4 m
  • Dénivelé négatif maximum : -3 m
Déposer un avis
Écrivez votre avis sur Parcours Pierre Loti À Rochefort 3Km - 1H15 :
  • Horrible
  • Mauvais
  • Moyen
  • Très bien
  • Excellent
Il n'y a pas encore d'avis sur Parcours Pierre Loti À Rochefort 3Km - 1H15, soyez le premier à en laisser un !